Contemporaine

Ainsi puis-je mourir – Viviane Moore

Résumé

Comme dans les contes de fées, il y a une rencontre magique : celle de Gabrielle, la romancière, et de Philip Sedley, un mariage et, bien sûr, un château. Sauf qu’ici, non loin de Cherbourg, dans ce pays de bocages et de légendes, entre ces murs épais, quatre cents ans plus tôt, a vécu une autre femme, Marguerite, qu’une passion tragique a menée à la mort. En faisant de ce destin le sujet de son nouveau roman, Gabrielle ne peut se douter qu’elle va en devenir la prisonnière. La fiction se mêle au réel, le passé au présent. L’histoire semble se répéter, telle une malédiction, et menace de faire de la jeune femme la dernière victime du château des Ravalet.

Mon avis

Tout d’abord, je remercie les éditions 10/18 pour m’avoir envoyé ce livre et je remercie également le forum partage lecture pour m’avoir sélectionnée pour ce partenariat. J’ai lu Ainsi puis-je mourir en quelques jours, ce n’est pas une lecture qui ressemblait à ce que je lisais d’habitude. Ce fut néanmoins très plaisant. Avant de lire ce livre, j’avais fait une petite recherche sur wikipédia sur l’histoire de ce château qui était mystérieusement évoquée dans la 4e de couverture. Ce que j’y ai lu m’a plût et j’espérais que Viviane Moore y ferait mention.
Au niveau des personnages j’ai été servie et je ne sais toujours pas quoi en penser. Tout d’abord, il y a Gabrielle, qui m’a paru très naïve, mais qui finalement a ouvert les yeux. J’ai très vite cerné son caractère et c’est une héroïne assez spéciale qui m’a tout de même plût. Phillip, le mari un peu étrange qui ne semble pas fou d’amour pour sa belle. Je n’ai pas aimé ce personnage, tout le long du livre il m’a paru assez sombre et malveillant. D’ailleurs son journal m’a laissée très sceptique, je n’en dis pas plus. Ensuite il y a eu sa soeur Terry, qui m’a parût tout d’abord hypocrite et assez fourbe, mais ce qu’on apprend sur elle par la suite est étonnant et j’ai apprécié ce revirement de situation ! Un personnage qui m’a vraiment marqué, Marguerite. C’est un personnage qui appartient à un personnage, c’est une situation que je n’avais encore jamais vu, ou en tout cas pas abordée de cette façon. L’histoire de Marguerite est tragique, en lisant le livre, nous le savons avant de le lire et je trouve que cela accentue le côté triste de sa vie.
Concernant le livre en lui-même, j’ai eu du mal à me faire au fait de passer de passer d’une histoire à l’autre. C’était très troublant et il a fallu que je m’habitue petit à petit. Une fois ceci fait, j’ai préféré l’histoire de Marguerite à celle de Gabrielle, car cette dernière paraissait fade à côté. Dans l’ensemble, ce fut une lecture très agréable, qui détend et qui nous plonge dans l’univers de ce château à deux époques différentes. Le style de l’auteur est agréable, aéré et totalement digeste. La couverture est superbe, ça représente vraiment le livre, car nous avons l’impression de rentrer dans une sombre demeure et c’est bien ce que nous faisons ! Je dirais que ce fut très différent de d’habitude, je ne le recommanderais pas forcément.
«  Je ne savais pas s’il était normal de s’interroger sur la nature de l’amour que l’on éprouve si l’on aime vraiment. L’amour ne devrait-il pas être simple et plein, indéfinissable car évident ? Mais c’était un mot si grand, et que j’avais toujours redouté. »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s