Jeunesse

Le Joyau, tome 1 – Amy Ewing

Qui dit Joyau dit richesse. Qui dit Joyau dit beauté. Qui dit Joyau dit royauté. Mais pour les filles comme Violet, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n’importe quelle servitude : Violet est née et a grandi dans le Marais avant d’être formée dans l’optique de devenir Mère-Porteuse pour la royauté. En effet, au sein du Joyau, la seule chose qui prime sur l’opulence et le luxe, c’est la descendance…

mon avisJ’attendais beaucoup de ce livre, déjà parce qu’il était de la collection R et pour moi c’est un gage de qualité, mais je suis tombée de haut. Déçue. La couverture est magnifique et nous promet de belle chose, mais l’intérieur est plat, sans saveur, vide. Pourtant je ne peux pas dire que l’idée n’était pas bonne au contraire, même s’il y avait un peu trop de similitudes avec Le dernier jardin à mon goût. Je me suis ennuyée pendant cette lecture et je ne pense pas que je lirais le deuxième tome. J’avais qu’une hâte, c’est de terminer au plus vite. Seule la fin rattrape un peu (mais juste la dernière phrase, alors.)

Le début est très lent à démarrer et il faut attendre la moitié du livre avant qu’il se passe vraiment quelque chose d’un peu intéressant. Les descriptions tout au long du livre sont étouffantes et souvent inutiles, j’ai fini les dernières pages en ne lisant pratiquement que les dialogues. Il y a énormément de répétitions, on vit la même scène trois fois (celle de l’arbre) et ça parait tellement long.. Il y a beaucoup de ressemblance avec  » Le dernier Jardin  » comme je l’ai dit plus haut. J’ai l’impression que les nouvelles dystopies s’inspire des anciennes, ce qui fait que beaucoup de mes lectures se ressemblent et je trouve ça dommage car c’est un genre qui a énormément de potentiel si on a l’imagination qui suit.

Au niveau des personnages, ce n’est pas beaucoup mieux. Violet (ou 197) m’a agacé tout le long du livre, elle n’a aucune personnalité. Elle tombe bien vite amoureuse à mon goût, je sais bien que les  » coups de foudre  » sont fréquents dans les romans, mais là c’est tellement précipité que ça perd toute crédibilité. Cette amourette est mentionnée dans le résumé (que je n’ai pas mis entier exprès, du coup, mais il suffit d’aller voir sur livraddict) et elle n’apparaît qu’à la moitié du livre, ce qui nous donne l’impression que l’auteur accélère les choses pour rattraper son retard, juste histoire de mettre une petite touche de romance et de séduire un plus large public.. J’adore les histoires d’amour, seulement celle-là ça ne passe pas. Peut-être que Garnet aurait été un choix plus intéressant, Ash est si ennuyeux.. Il est l’homme parfait par excellence, beau avec des belles manières et amoureux au premier regard. Avec tout ça, j’ai du mal à avoir pitié de Violet, même si ce qui lui arrive est horrible. Toutefois, mention spéciale à la duchesse, qui est le personnage le plus intéressant du livre (même Annabelle m’a paru superflue), avec deux personnalités bien distinctes, on sent qu’elle a un passé qui la suit et des obligations qui dictent sa vie.

Au final, on en apprend pas beaucoup sur les pratiques du Joyau, quelques bribes par-ci par là, un premier tome fait pour planter le décor, mais il n’aura fait que me découragée. C’est une lecture décevante pour ma part et même si la suite semble prometteuse grâce à cette dernière phrase, ça ne suffira pas à ce que je lise le second tome.

verdict

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le Joyau, tome 1 – Amy Ewing »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s