Jeunesse·Science-Fiction

Phobos, tome 1 – Victor Dixen

Couverture Phobos, tome 1

coup de coeur

Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

mon avisComme vous le savez, j’aime la collection R de tout mon cœur et je sais que je ne suis pas la seule. Lire un livre de cette collection c’est toujours un plaisir et même si j’ai déjà eu des déceptions, ce n’est rien comparé au nombre de coup de cœur que j’ai eu pour les livres de cette collection. Phobos ne fait pas exception comme vous avez pu le voir. Au début j’étais pas super emballée par le fait d’embarquer dans l’espace, mais le fait que ce soit plus concentrer sur la télé-réalité m’a convaincue.

C’est le premier livre que je lis de cet auteur et qu’elle plaisir de constater qu’il est français ! J’ai beaucoup aimé son style et il a de très bonnes idées, mais parfois un peu trop de descriptions inutiles et des passages qui ne m’ont pas plus intéressés tant que ça, surtout les contre-champs avec Serena vers le milieu du livre. Le côté sponsor m’a vraiment fait penser à Hunger Games ainsi que payer pour que les prétendants s’en sortent un peu mieux sur Mars, mais toute ressemblance avec ce livre s’arrête là.

J’ai adoré la façon de composer les chapitres en « Champs, Contre-champs, Chaîne Genesis » ça nous permet d’avoir une vue d’ensemble et d’apprendre des choses avant tout le monde, malheureusement on a pas le champs du côté des garçons, mais après tout il faut toujours une part de mystère. C’est comme ça qu’on sait dès le départ que quelque chose cloche et on se pose pas mal de questions, jusqu’à ce qu’on nous donne la réponse. Également intéressant, les dessins glissés ici et là dans le livre, qui nous aident à visualiser un peu mieux les lieux et d’autres choses. Une dernière chose qui m’a un peu chiffonnée, c’est cette histoire de brûlure tirée par les cheveux, ce n’est pas une maladie et j’ai du mal à croire que tout le monde réagisse avec dégoût..

Du côté des personnages, on est servis avec 12 prétendants ainsi que d’autres personnes qui sont restés sur terre. On va commencer par les filles et particulièrement par Léonor puisque c’est le personnage principal, on sent qu’elle essaie de se préserver, elle n’est pas là pour l’amour mais pour démarrer une nouvelle vie. Là où elle ne sera pas ballotée de famille en famille et où son passé de bébé poubelle ne la poursuivra pas. Elle est parfois agaçante et se mettre en avant en inventant ses propres règles où en s’affolant à la moindre chose n’arrange pas les choses, pourtant je me suis surprise à l’appréciée. Parfois je me suis demandée si elle était bien toute seule dans sa tête, à s’inventer une deuxième personnalité avec Leo-la-rouge. ^^ Sa meilleure amie, Kirsten, n’a qu’un objectif c’est de trouver le grand amour, comme dans les romances qu’elle avait l’habitude de lire. Je n’ai pas apprécié ce personnage, trop fade à mon goût. Le reste ne relève pas le niveau, Fangfang qui est très portée sur les statistique, Elizabeth est son côté m’as-tu vue, Kelly qui est imprévisible et renfermée et Safia qu’on ne voit que très rarement.

Pour les garçons on suit à peu près le même schéma, certains sont plus mis en avant que d’autres. Au début, Alexeï récolte tout les suffrages, même si pour moi il m’a suffit d’un rendez vous dans le parloir pour le trouver ennuyeux à mourir, next. Vient ensuite Mozart, qui a un prénom particulier et qui cache un lourd passé, il pourrait être un bon parti s’il n’était pas aussi angoissé par la vie. Marcus est mon favori, même si parfois on se demande si on peut lui faire confiance, c’est même celui sur lequel on en sait le moins. Tao a une particularité qu’on ne tarde pas à découvrir mais que les filles ignorent, ce qui le rend plus vulnérable à nos yeux. Samson est celui qu’on voit le moins et le personnage le moins développé, ça ne me dérange pas. Pour finir, Kendji me semble un peu extrême et taré, mais les prétendantes ne sont pas forcément de mon avis, à voir..

Seulement, le personnage qu’on ne peut pas louper ne se trouve pas en route vers Mars, elle garde les pieds bien sur terre et le regard vers son seul et unique but. Serena est une de ces femmes qui savent gagner la confiance des gens tout en les manipulant. Elle porte plusieurs casquettes et tous ces rôles lui vont parfaitement. J’aime la détester.

Le second tome promet beaucoup d’action et j’ai hâte d’avoir les réponses à mes questions. Plus qu’à attendre novembre pour la suite !

A la fin, on se demande bien comment ils vont faire et j’ai hâte de voir comment l’auteur va se sortir de tout ça !

verdict

Publicités

Une réflexion au sujet de « Phobos, tome 1 – Victor Dixen »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s