Drame·Historique

Belle époque – Elizabeth Ross

Couverture Belle Epoque

« Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d’emblée plus attirante. »

Lorsque Maude Pichon s’enfuit de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage dont elle ne veut pas, elle monte à Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l’exposition universelle de 1889. Hélas, ses illusions romantiques s’y évanouissent aussi rapidement que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d’un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle : « On demande de jeunes filles laides pour faire un ouvrage facile. » L’Agence Durandeau propose en effet à ses clients un service unique en son genre : le repoussoir. Son slogan ? « Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d’emblée plus attirante. » Étranglée par la misère, Maude postule…

mon avis

Je n’avais pas d’attentes particulières pour ce livre, la couverture me faisait envie et en plus c’était de la collection r, donc il ne m’en fallait pas beaucoup plus pour commencer à le lire. Même si l’idée principale ne vient pas de l’auteur (puisqu’elle reprend la nouvelle d’Emile Zola – Les repoussoirs ) , elle a quand même le mérite d’avoir construit une histoire complète autour de ce sujet.

Comme je trouve la fin précipitée, j’imagine que l’auteur a voulu mettre l’accent sur Maude et sa façon d’envier la beauté et la richesse des autres. J’ai trouvé cet aspect très bien développé même si je ne me suis pas trouvée proche de l’héroïne. On constate le changement chez elle et on sent qu’elle s’éloigne d’elle-même. C’est certainement la morale du livre et elle est très bonne. On parle de la beauté et de l’estime de soit, mais également de la convoitise et de l’influence des autres. Je trouve que ce livre correspond également à notre époque, parce qu’il y aura toujours des gens qui vont vous trouver moche et d’autre au contraire à qui vous plairez ! Parce que tout les goûts sont dans la nature. C’est la vie c’est comme ça, alors ne laissez personne vous dire que vous êtes repoussante, ils ont le droit le penser et vous avez le droit de penser que vous êtes belle (parce que pour d’autres, vous l’êtes !).

Les personnage tournent autour de cette morale, parce qu’il n’y a pas que Maude à blâmer, la comtesse étant une femme qu’on adore détester. Je conseille fortement ce livre (de plus, il contient également la nouvelle d’Emile Zola, vous ferez une pierre deux coups.)

verdict

giphy1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s